• Les sous-sols partagés

  • Paris

  •  

Depuis l’installation d’ascenseurs dans les grandes métropoles, la conquête des toits est devenu le lieu du désir, signe de pouvoir par la domination visuelle de la ville, absence de vis à vis avec le voisinage, optimisation de l’éclairage solaire pour son propre compte. A cette vision très individualiste se dessinent aujourd’hui une culture métropolitaine de la vie en commun, utilisant des outils de communication permettant des interactions plus rapides entre les citadins. La cour et le sous-sols peuvent devenir le lieu de ce nouveau partage.

La ville d’aujourd’hui se veut dense et économe en territoire. Les espaces de partage se multiplient. Les nouveaux moyens numériques catalysent ces partages. Les plantes font corps avec le bâti. L’écologie devient une nécessité. Les Baugruppen de Berlin ou les Wohngenossenschaften de Zurich sont à l’origine de ces fragments de ville contemporaine. Paris a une histoire différente et une densité déjà très forte avec un territoire entièrement construit, un modèle spécifique est donc à découvrir pour la capitale pour qu’elle invente ses fragments du 21ème siècle. Des fragments qui pourraient bien se trouver sous son sol, d’autant plus qu’en octobre 2016 la mairie de Paris en a donné les clés en ouvrant via le PLU l’utilisation de ceux-ci.

Créer une densité parfois douce, parfois euphorisante, mais toujours mettant à nu la multiprogrammation de la ville contemporaine et sa mutabilité, voilà l’enjeu du renouvellement de Paris. En creusant dans le sol, les strates de la vie publique et de la vie privée s’entrecroisent, des vues croisées se profilent, des profils variés d’activités s’entrevoient, une voie écologique sort de terre.

 

  • Les sous-sols partagés

  • Concours FAIRE PARIS, Pavillon de l'Arsenal, Mairie de Paris

  • Finalist project

  • project team: Atelier Underground